Ce site est réservé aux fumeurs adultes qui souhaitent arrêter. Il ne faut en aucun cas essayer la cigarette électronique si vous ne fumez pas. en savoir plus

Nouveau point sur les résistances d’e-cigarette

Publié le : 23/11/2020
Catégories : Technique

D’une composition simple et peu onéreuse, la résistance joue pourtant un rôle clé dans le bon fonctionnement de votre cigarette électronique, sur lequel vous avez une influence directe. En effet, quel que soit votre matériel, vous serez régulièrement amené à choisir la bonne résistance pour votre matériel et à la changer, lorsqu’elle ne remplira plus correctement son rôle. Il est donc important de bien comprendre ce qui se passe à l’intérieur de votre e-cigarette lorsque vous appuyez sur le bouton fire. Dans cet article, nous allons vous donner tous les fondamentaux pour comprendre le fonctionnement de votre résistance et améliorer votre expérience de vape.

Une once de physique : comment fonctionne une résistance ?

Votre e-cigarette est composée de deux éléments principaux : la batterie, qui stocke l’énergie électrique, et le clearomiseur, qui vaporise du e-liquide grâce à l’énergie transmise par la batterie. Ce dernier se compose d’un réservoir qui contient l’e-liquide, d’un Drip-tip, pour vous permettre d’aspirer, et surtout, d’une résistance. Pièce centrale de votre clearo, la résistance a pour fonction de laisser passer la bonne quantité de courant dans son filament, pour chauffer et ainsi vaporiser l’e-liquide absorbé par son coton.

En termes plus scientifiques, le filament de la résistance émet de la chaleur (par effet Joule) lorsqu’il est traversé par les électrons fournis par la batterie. C’est donc un processus de transformation, en système fermé, de l’énergie cinétique des électrons en énergie thermique. Cette chaleur, lorsqu’elle est émise, vaporise le liquide absorbé par capillarité dans le coton.

On peut quantifier ce phénomène par la formule : P = U²/R, ou P est la puissance produite, U la tension de la batterie et R la valeur de la résistance. Ainsi, plus la valeur de la résistance est basse, plus la vaporisation d’e-liquide sera intense et rapide, pour la même énergie délivrée par la batterie. Il faut donc choisir la valeur de la résistance en fonction du type d’inhalation et de plage d’utilisation souhaitée.

En savoir plus sur la loi d'ohm 

Quelle valeur de résistance pour quel vapoteur ?

Les résistances hautes, ayant une valeur de plus d’1 ohm, ont de nombreuses vertus. Prévues pour l’inhalation indirecte, elles sont, d’un point de vue très objectif, la voie la plus raisonnable :

- Économies : Une résistance haute vaporisera beaucoup moins d’e-liquide. Entre un Kit puissant réglé à 200 W et un Pod à 5 W, la consommation d’e-liquide est multipliée par plus de 10 !

- Autonomie : une résistance élevée limitera la consommation d’électricité et d’e-liquide, vous permettant ainsi de vapoter plus longtemps avant de recharger le réservoir ou batterie.

- Consommation : pour arrêter l’e-cigarette en diminuant progressivement son usage, il est conseillé d’utiliser des résistances plutôt hautes, de manière à vapoter moins souvent dans la journée, grâce à un taux nicotinique plus élevé.

L’inhalation directe sur résistances basses (sub-ohm) est plus consommatrice de batterie et d’e-liquide. Mais elle vous permettra, en contrepartie, de faire plus de vapeur. De nombreux vapoteurs ne jurent que par cette approche, plus spécifique à l’e-cigarette que l’inhalation indirecte. La tendance est en effet clairement à la baisse de la valeur des résistances, pour s’adapter aux boxs et mods de plus en plus puissants sur le marché (la plupart des pods permettent également l’inhalation directe, même si c’est rarement leur vocation première).

Il n’y a donc pas de réponse absolue à la question : « quelle valeur de résistance est la meilleure ? ». Les résistances hautes sont plus économiques, et les basses, plus adaptées pour faire de gros nuages. Le dilemme est le même que pour le choix d’une voiture : voulez-vous une petite citadine économique, ou une sportive nerveuse et gourmande ? Il vous faudra choisir en fonction de vos objectifs et de vos préférences. Essayer différentes valeurs de résistance reste le meilleur moyen de réussir à se positionner.

Quel type de résistances pour votre matériel ?

Le choix de la résistance sera en grande partie conditionné par votre matériel : vous avez besoin d’en choisir une qui soit compatible avec votre clearomiseur. En effet, l’immense majorité du temps, les résistances sont « propriétaires » et ne fonctionnent qu’avec le ou les modèles de la gamme d’un fabricant. Vous pouvez utiliser notre guide dédié aux résistances pour trouver le produit qu’il vous faut.

Il faut aussi que la résistance que vous choisissez soit adaptée à la puissance de votre batterie ou accus. Une batterie ayant une plage d’utilisation de 3 à 10 W n’a par exemple pas les prérequis pour chauffer une résistance de 0,2 ohm. Enfin, vous devez connaitre les exigences de votre matériel. Certains atomiseurs ou clearomiseurs permettent l’installation de deux résistances (on parle de Dual coil) et ne fonctionneront qu’avec deux résistances rigoureusement identiques.

Les dispositifs modernes disposent de protections électroniques efficaces pour empêcher la dégradation du matériel en cas d’utilisation d’une résistance inadaptée, notamment si elle n’oppose pas une résistance électrique suffisante. Néanmoins, il faut rester vigilant : la batterie d’une cigarette électronique est un dispositif électronique sensible. Pour votre sécurité, n’utilisez que les résistances qui sont explicitement prévues pour votre clearomiseur. Cette mise en garde prend tout son sens si vous choisissez de faire vos résistances vous-mêmes, ou que vous utilisez un mod mécanique.

Quand, pourquoi et comment changer la résistance de votre e-cigarette ?

La résistance d’une cigarette électronique est un consommable. Si le clearomiseur et la batterie peuvent durer des années, le coton et le filament de la résistance ont une durée de vie assez limitée, qui dépend de votre matériel, de votre utilisation, mais aussi d’un facteur chance (comme pour une ampoule !). Aussi, il est important de savoir reconnaître les signes annonciateurs de la mort de votre résistance.

Il y a deux causes principales pour changer la résistance de votre cigarette électronique, que vous pouvez facilement identifier :

- Le filament ne chauffe plus assez. Lorsque vous appuyez sur le bouton fire, un délai de plus en plus important s’installe avant que vous ne receviez la chaleur. La résistance devient poussive et le hit, de plus en plus faible.

- Le coton ne s’imbibe plus correctement : un Dry hit (gout de brulé) survient lorsque vous inhaler de manière dynamique. Les saveurs et la production de vapeur faiblissent, comme le confort d’utilisation.

Ainsi, toutes les 2 à 4 semaines, selon les facteurs susévoqués, vous devrez changer la résistance de votre clearomiseur. Cette opération est relativement simple (dévisser l’ancienne résistance, visser la nouvelle et imbiber le coton d’e-liquide), mais il faut prendre son temps et avancer prudemment : on a vite fait de griller une résistance neuve, en ne patientant pas suffisamment et en lui infligeant un dry hit fatal dès la première utilisation.

Conclusion

Maintenant que vous savez tout sur les résistances d’e-cigarette, vous saurez faire le bon choix en fonction de vos préférences et de votre matériel. Vous voulez mettre en pratique ce guide et optimiser votre expérience de vape ? Découvrez le large choix de résistances proposé par iClope !

Partager ce contenu