Ce site est réservé aux fumeurs adultes qui souhaitent arrêter. Il ne faut en aucun cas essayer la cigarette électronique si vous ne fumez pas. en savoir plus

J’ai cassé le verre de mon clearomiseur, que faire ?

Publié le : 21/05/2020
Catégories : Nos Astuces

Le réservoir transparent (nommé également tank, pyrex, verre ou vitre…) du clearomiseur est une pièce tout à fait indispensable de la cigarette électronique, qui a pour rôle de contenir le e-liquide. Lorsqu’il casse, impossible de vapoter, et malheureusement, cela peut survenir assez facilement.

En effet, le tank est en verre, un matériel particulièrement fragile, mais dont l’utilisation est presque indispensable au vu des températures auxquelles le clearomiseur est exposé. Or, bien qu’il s’agisse d’une pièce peu onéreuse et facilement remplaçable, plusieurs heures à plusieurs jours d’attente pour pouvoir de nouveau vapoter peuvent être une véritable épreuve. Il pourrait alors être tentant d’essayer de réparer soi-même son clearomiseur. Mais est-ce une si bonne idée ? Dans cet article, nous vous proposons une synthèse des différentes options qui s’offrent à vous si vous cassez votre tank, ainsi que des conseils pour ne plus en redouter la survenue.

Changer le réservoir, la solution à privilégier

Votre matériel vient de faire une mauvaise chute et le réservoir de votre clearomiseur a volé en éclats ? D’abord, estimez-vous heureux si seule cette pièce est rompue : les conséquences seraient plus dramatiques si le clearomiseur s’était tordu ou, pire, si le boîtier ne fonctionnait plus. Dans un tel cas, vous n’avez pas besoin, le plus souvent, de changer votre clearomiseur, mais seulement le réservoir en verre ou en pyrex.

Le premier réflexe est de vérifier dans la boîte d’origine du clearomiseur s’il vous a été fourni un réservoir de rechange. Il peut s’agir d’un second réservoir identique, dont le seul but est justement de vous faciliter la vie dans ces circonstances précises, ou bien d’un réservoir différent, avec ses propres avantages et inconvénients. Par exemple, la iJust 3 de chez eleaf est fournie avec deux réservoirs : un bombé de 6,5 ml et un droit de 2 ml. En cas de casse, vous pouvez – au moins temporairement – passer à l’autre, même si ce n’était pas votre premier choix.

Si, malheureusement, vous ne disposez pas d’un second réservoir, parce que le modèle n’en prévoit pas, qu’il s’agit d’un kit peu généreux ou que vous avez perdu la pièce de rechange, il vous reste la solution d’en acheter un de toute urgence – ou plutôt deux, nous en reparlerons.

Pour la plupart des modèles de clearomiseur, vous trouverez sur notre site un tank de rechange. Ils sont très peu onéreux : comptez en moyenne 3 €, plus ou moins 1 € selon les modèles et les distributeurs. Si la plupart des modèles permettent de changer uniquement la vitre, notons tout de même que certains sont conçus en un seul bloc, rendant difficile voire impossible tout remplacement, à moins de sortir l’artillerie lourde (disqueuse et colle industrielle…). C’est par exemple le cas du Zénith qui, sauf dans sa version pro, devra être remplacé entièrement en cas de casse. Enfin, faîtes bien attention à la compatibilité : ils ne sont pas interchangeables.

Réparer le réservoir, la solution aventureuse

Si vous vous sentez l’âme d’un Mac Gyver, ou tout simplement, que la nécessité de vapoter ne vous permet pas d’attendre de trouver un nouveau tank, il est possible, dans certains cas et avec beaucoup de précaution, d’effectuer une réparation de fortune du réservoir.

Sur les forums, on lit le récit de vapoteurs ingénieux, ayant trouvé des solutions d’appoint surprenantes, comme découper un flacon de e-liquide de dimension compatible pour remplacer le réservoir, ou plus évidentes, comme enrouler l’ensemble du tank de chatterton.

Comprenez cependant qu’il s’agit d’une entreprise difficile et risquée. D’une part, vos chances de succès sont minces. Il s’agit de pièces techniques, usinées avec précision, qu’il est difficile de remplacer de manière durable. D’autre part et surtout, votre vapoteuse produit de la chaleur et émet une vapeur allant droit… Dans vos poumons ! Donc réfléchissez-y à deux fois avant d’appliquer de la colle ou de remplacer le pyrex par du plastique : une fois chauffés, ils risqueraient de contaminer votre e-liquide ou de dégager des vapeurs toxiques. Pour ces raisons, ce n’est pas en vain que les fabricants inscrivent souvent un disclaimer indiquant qu’il ne faut surtout pas essayer de le réparer soi-même.

Finalement, faut-il tenter de réparer son réservoir soi-même ? Selon nous, vous ne devriez tenter une réparation du verre qu’en dernier recours, si par exemple vous avez un besoin impérieux de nicotine et que la pièce de rechange mettra plusieurs jours à arriver. Il faudra alors que la réparation soit légère. Par exemple, un morceau du verre s’est brisé, et vous le maintenez avec du chatterton en attendant la pièce de rechange, et en prenant garde de maintenir le clearomiseur à des températures basses.

Pour l’avenir, prévenir plutôt que guérir

Une fois la situation réglée, il faut en tirer des leçons. La casse impromptue de votre tank vous a mis dans une situation inconfortable ? Vous n’aviez pas de pièces de rechange ? Pour vous prémunir au mieux de cette situation à l’avenir, il est bon de toujours avoir à portée de main des tanks de rechange. Vous devriez en avoir toujours un ou deux en réserve.

Vous pouvez également, de manière alternative ou complémentaire, chercher à renforcer le réservoir pour éviter pour prévenir la casse. Pour un coût nul (et si l’esthétique vous importe peu), vous pouvez enrouler votre réservoir dans du scotch ou du chatterton. Cela est assez efficace pour le protéger des chocs. Sinon, pour quelques euros, vous pouvez opter pour des réservoirs renforcés par une protection. Il peut s’agir d’un simple anneau de silicone à mettre autour de votre tank ou, pour encore plus de protection, d’un réservoir à e-liquide conçu en partie en acier, à l’image du réservoir hollowed du Nautilus d’Aspire.

Partager ce contenu