En raison des mouvements sociaux sur tout le territoire, il se peut que la livraison de votre commande soit légèrement retardée, nous nous excusons pour ce désagrément.

Pourquoi les études positives sur la e cig ne sont pas relayées par les médias?

Publié le : 27/11/2019
Catégories : Actualité générale

En ce mois de novembre 2019, des chercheurs écossais viennent de publier une étude sur les effets cardiovasculaire du passage de la cigarette à la cigarette électronique chez l’homme.

Cette étude a été menée sur 2 ans sur 114 fumeurs adultes qui avaient fumé au moins 15 cigarettes par jour pendant plus de 2 ans.

Les 114 fumeurs ont été répartis en 3 groupes :

- 40 fumeurs sont restés à la cigarette traditionnelle

- 37 sont passés à la cigarette électronique avec nicotine

- 37 sont passés à la cigarette électronique sans nicotine

Les fonctions vasculaires des patients des différents groupes ont été évaluées 1 mois après le début de l’étude.

Cette étude a été publiée dans le “Journal of the American College of Cardiology”  sous le nom “Cardiovascular Effects of Switching From Tobacco Cigarettes to Electronic Cigarettes”. (rapport complet de l'étude suivant le lien)

Résultat et conclusion de l’étude :

Le passage de la cigarette à la cigarette électronique entraîne après 1 mois d’utilisation une amélioration significative de la santé vasculaire, et en particulier chez les femmes.

Le passage de la cigarette à la cigarette électronique peut être considéré comme une mesure de réduction des risques.

Il n’y a pas de différence entre les groupes utilisant des cigarettes électroniques avec ou sans nicotine, la même amélioration.

Il s’agit donc ici d’une étude sérieuse, menée sur 2 ans, faite par des chercheurs sérieux, publiée dans un journal sérieux, avec un vrai protocole scientifique et surtout, il s’agit de la première étude menée sur des « Humains » dans des conditions réelles d’utilisation.

Et bien quand on regarde l’actualité de ce mois de novembre sur la cigarette électronique, on constate que cette étude est très peu relayée, simplement un média sur le net en parle ici : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/passer-du-tabac-a-la-cigarette-electronique-ameliore-la-sante-en-un-mois_139103 et encore c’est un article réservé aux abonnés…

La majorité des actualités traitent encore des « morts aux états Unis » alors que l’on sait pertinemment que cela n’a rien à voir avec l’utilisation normale d’une cigarette électronique.

Ou encore d’une « batterie de cigarette électronique qui explose dans un pantalon » alors que là aussi cela n’a absolument rien à voir avec la cigarette électronique, cela arrive aussi avec une pile de télécommande de télévision,…

Alors pourquoi les actualités positives sur la cigarette électronique ne sont-elles pas relayées par les médias ?

Nous n’avons pas de réponse claire à cette question, il n’y a pas d’explication simple, il s’agit d’un concours de plusieurs circonstances, des « pistes de réflexions » que nous allons poser ici.

1) Le rôle de l’AFP: l’Agence France Presse

La première raison en notre sens est le rôle que joue l’AFP (l’Agence France Presse) dans le système d’information à la française. L’agence France Presse est une agence de presse indépendante d'origine française dont le but est de «collecter, vérifier, recouper et diffuser l'information, sous une forme neutre, fiable et utilisable directement par tous types de médias (radios, télévision, presse écrite, sites internet) » (wikipedia).

De nombreux médias ont un abonnement avec l’AFP pour recevoir des informations vérifiées rapidement et régulièrement. Et une grande partie des « médias », ceux qui ont peu de moyen pour faire des investigations ou de longues enquêtes, se contentent pour leurs actualités de simplement relayer les dépêches de l’AFP.

C’est pour cette raison que pour une unique information, une unique actualité, nous allons retrouver une quantité impressionnante de sujets sur de très nombreux sites en ligne le jour de sa publication.

Les titres sont à peu près les mêmes sur tous les sites, le contenu également, il s’agit du copié collé d’une dépêche AFP. Les articles de fond, le journalisme, avec des études plus poussées, sont plus rares car nécessitent plus de moyens et ne viennent pas de l’AFP qui n’a pas du tout ce rôle.

Les informations courtes de l’AFP sont donc énormément relayées, par de très nombreux médias, alors que les sujets de fond sont publiés de façon plus irrégulière et longtemps après le début des faits. Nous sommes donc noyés dans la masse et seules les dépêches de l’AFP sont vraiment trouvées sur le WEB, du fait du grand nombre de publications pour une unique information.

L’agence France Presse a donc un pouvoir extraordinaire sur l’information relayée en France. C’est donc l’AFP qui va choisir quelles informations sur la cigarette électronique seront publiées. Et si l’AFP ne veut pas relayer une actualité bonne sur la cigarette électronique elle n’est pas obligée de le faire et cette information ne sera pas relayée.

Attention : Nous ne disons pas ici que l’AFP fait de la rétention d’information et ou de la désinformation sur la cigarette électronique, ou qu’il y a un quelconque complot. Simplement le volet « cigarette électronique » de l’AFP est géré par un être humain qui peut avoir ses convictions, ses idées personnelles et il se peut que les informations négatives soient mieux relayées que les positives, avec des titres plus alarmants. De même l’agence France presse peut avoir des financements provenant de personnes étant par conviction contre la cigarette électronique, associant son utilisation aux produits du tabac, comme l’ancien maire de New York Michael Bloomberg qui lutte contre le tabac depuis très longtemps. Ce qui pourrait expliquer la sur médiatisation des « morts aux états unis ».

2) Le système de financement de certains médias, le buzz, le taux de clic, le besoin de contenu…

La deuxième explication est le nouveau système de financement des sites d’informations. Il existe aujourd’hui de nombreux type de « médias » sur le net. Il y a les acteurs historiques avec la version informatique de journaux papier, ayant pignon sur rue, mais il y a maintenant également les « sites web d’actualité », qui peuvent aller de la petite PME au bloggeur autoentrepreneur, voir au bloggeur particulier.

Sur le net, les petits sites d’information sont beaucoup plus nombreux, évidemment, on peut créer un site web, un blog et publier des articles en une journée. Il existe donc par définition beaucoup plus de sources d’informations jugées « peu sérieuses » (en ancienneté, légitimité,…) que de sources historiques avec salariés, journalisme et investigation.

Avec ce nouveau monde de l’information, le système de financement à également totalement changé. Il existe très peu de « journal numérique » financé aujourd’hui par un abonnement, ou par l’achat d’un article. Aujourd’hui l’information est gratuite pour le lecteur et il faut trouver un autre type de financement.

Ce financement vient de la publicité « sur site ». C’est-à-dire des encarts de publicité contenus dans les articles que vous lisez. Google en majorité et de nombreuses sociétés proposent ce type de financement, ils glissent de la publicité dans les articles des bloggeurs et à chaque fois que la publicité sera vue ou qu’un internaute va cliquer dessus, le site sera rémunéré.

Le but de ces nouveaux médias n’est donc pas forcément de faire de la qualité, mais simplement de ramener un maximum de monde sur leur site pour qu’ils voient un maximum d’articles. Le but n’est pas de fidéliser le client, comme avec un journal traditionnel, ou de développer une marque ou une enseigne sérieuse, le contenu n’a pas d’importance, le but est de ramener un maximum de monde même s’ils ne restent pas longtemps sur l’article.

Et pour ramener du monde, il s’avère que le plus simple est de faire des titres accrocheurs. Et pour la majorité d’entre nous les titres « un mort lié à la cigarette électronique » ou « le plus beau jour de sa vie devient le pire : la batterie de sa cigarette électronique explose alors qu’il est à la maternité pour la naissance de son premier enfant » (titre véridique!) sont plus accrocheurs et nous ferons plus cliquer pour voir le contenu caché derrière (et donc la publicité) que « selon une étude sérieuse, la cigarette électronique améliore la santé des fumeurs »

Les actualités négatives, même si étant fausses ou n’ayant aucun rapport avec la cigarette électronique, sont donc partagées simplement parce qu’elles attirent plus de monde sur le site les relayant, et donc rapportent plus d’argent.

De même avec ce système, il faut publier de nouvelles actualités très régulièrement, avoir du contenu pour avoir une chance d’être présent sur Google, énormément d’articles, quel que soit le contenu. Avoir de très nombreux articles avec des titres racoleurs ramènera plus de monde que peu d’articles de fond. Et faire des articles de fond est trop chronophage.

De façon extrêmement vulgaire, pardonnez-nous, ces sites très présents aujourd’hui sur le net sont appelés des « putes à clic ». Et nous sommes surs que vous en avez déjà vu un paquet.

Cette tendance va peut-être changer avec le temps. Le géant Google sait que cela n’a pas de sens, qu’il s’agit de mauvaises informations et commence à chercher des moyens pour lutter contre. De même les médias « sérieux » commencent à réagir, avec le système de l’abonnement payant qui apparaît de plus en plus sur de nombreux sites. Nous ne savons pas ce que cela va donner.

3) Le choix délibéré : le lobbying de l’industrie du tabac

En troisième explication il ne faut pas sous-estimer l’impact et le pouvoir de l’industrie du tabac.

L’industrie du tabac c’est un peu le « grand méchant loup » de l’histoire. La cigarette est décrite comme l’objet le plus nocif inventé par l’homme. L’industrie du tabac est un commerce qui tue par la vente de son produit un de ses clients sur deux. Donc ce ne sont pas des « gentils », l’industrie du tabac.

C’est une industrie qui a également beaucoup d’argent et qui n’a pas le droit de faire de publicité. Elle dépense donc la grande partie de cet argent pour faire du lobbying.

Sur la cigarette électronique elle a une position un peu particulière: Au début foncièrement contre car cela diminuait drastiquement son chiffre d’affaire avec les ventes de cigarettes traditionnelles, aujourd’hui à moitié pour mais sous certaines conditions ayant investi dans ce nouveau marché.

L’industrie du tabac souhaite continuer de vendre des cigarettes, tout en récupérant le marché total de la cigarette électronique. Et pour cela le but est clair : il faut que la cigarette électronique ait mauvaise presse, pour que ce soit comme un produit du tabac, pour qu’ils soient les seuls à pouvoir le vendre.

L’industrie du tabac a donc toutes les bonnes raisons de mettre en avant les dangers de la cigarette électronique plutôt que ses avantages sur la santé. D’une part pour continuer à vendre des cigarettes et d’autre part pour récupérer tout le marché de la cigarette électronique.

Et c’est quelque chose qu’ils savent très bien faire.

C’est d’ailleurs toujours étonnant de voir que les plus grands pays producteurs de tabac sont en train d’interdire la cigarette électronique. Cette phrase nous donne vraiment le tournis…. quand on sait que la cigarette tue 75 000 personnes chaque année rien qu’en France, des pays interdisent la cigarette électronique tout en continuant de produire massivement du tabac….

C’est donc pour toutes ces raisons que :

- Une étude non publiée dans un journal scientifique, faite par des chercheurs inconnus, sans aucun protocole, portant sur des souris pendant 1 semaine, dans des conditions impossible pour l’homme et montrant la cigarette électronique comme très nocive, sera plus relayée et aura donc plus d’impact qu’une étude sérieuse, scientifique, publiée dans un journal sérieux, avec un protocole expliqué, faite sur 2 ans, sur l’homme et montrant les bienfaits de la cigarette électronique.

- L’histoire des morts aux états unis a été sur médiatisée et surtout liée à tort à l’utilisation de la cigarette électronique alors que l’explication de la cause de ces morts, par l’achat de produits interdits à la vente, au marché noir, contenant des produits nocifs et donc pas du tout adaptés à la cigarette électronique et qu’il est impossible de trouver sur le marché n’a été que très peu relayée. Sachant qu’il y a en plus 75 000 morts chaque année en France en raison de la cigarette.

- Chaque explosion de « batterie de cigarette électronique » est ultra médiatisée alors qu’il s’agit simplement du transport d’une pile dans sa poche, en contact avec son trousseau de clés, et que cela n’a absolument aucun rapport avec la cigarette électronique à part le fait qu’une cigarette électronique fonctionne avec des piles. Comme une télécommande de télévision.

La seule solution pour lutter contre cela : avoir un regard critique sur l’actualité, lire les articles au complet, ne pas s’arrêter aux titres, réfléchir, vérifier les sources, comparer,…

Partager ce contenu

Catégories du blog

Tous les articles