Tpd : et si le diy était l’avenir des e liquides pour cigarettes électroniques ?

← Retour à toutes les actus

Avec la sortie de la TPD, la nouvelle directive sur les produits du tabac, le marché du liquide pour cigarette électronique va énormément changer.

Comme nous l’avons souvent répété, les e liquides seront à partir du 1 er Janvier limités à un volume de 10 ml et à un taux de concentration maximal en nicotine de 20 mg/ml
Mais ce n’est pas le plus important: la vraie mauvaise nouvelle est que les fabricants de e liquides devront faire une déclaration payante pour la mise sur le marché pour chacune de leurs créations.

Tpd : et si le diy était l’avenir des e liquides pour cigarettes électroniques ?Cette déclaration coutera 550 euros par saveur et par taux de nicotine. Les fabricants seront également redevables d’une taxe de 120 euros par an et par produit pour le stockage.

A ce prix s’ajoute le cout d’une analyse en laboratoire qui sera également obligatoire pour chaque produit.

Au final, le droit de vendre un e liquide pour cigarette électronique va couter très cher.


Exemple :

Un fabricant qui voudra continuer à vendre son e liquide saveur « Pomme » avec 5 taux de nicotines (0, 3, 6, 12 et 16 mg/ml) devra s’acquitter de :

-          2 200 euros pour la mise sur le marché de produit (550 euros x 4, cela ne s’applique pas au liquide sans nicotine)

-          480 euros par an pour le stockage

-          + Le cout d’une analyse en laboratoire pour le liquide.

Imaginons le cas d’un fabricant qui dispose d’un catalogue de 50 liquides (ce qui est le cas de nombreux fabricants aujourd’hui).

-          La déclaration pour se mettre à jour coutera 110 000 euros + le cout des analyses.

-          Puis le fabricant devra payer 24 000 euros par an pour le stockage.  

Sachant que cela ne changera pas grand-chose sur le liquide en lui-même autant parler directement de racket organisé. C’est juste une façon pour l’état de taxer la cigarette électronique sous couvert de s’intéresser à la santé publique.

(Mais ce n’est pas l’objet de cette actu.)

Donc avec ces prix, on peut bien évidemment se douter que de nombreux liquides pour cigarettes électroniques vont disparaitre. De nombreux fabricants ne pourront pas (ou ne voudront pas) s’acquitter de telles sommes et feront donc une sélection sur leurs liquides.

D’autres fabricants, plus petits et moins fortunés, vont simplement disparaitre.

Et il y aura moins de nouveaux fabricants car cela va devenir une entreprise plus onéreuse.

Le volume de e liquides présent sur le marché va donc fortement diminuer, d’un coup, à partir du 1 er janvier et les nouveautés seront de plus en plus rares.

C’est donc un vrai coup dur pour le e liquide tout fait et pour les fabricants.  

Mais qu’en est-il du DIY et pourquoi le titre de cet article?

Pour le DIY, nous avons vu dans un précèdent article « L’avenir du diy: les boosters à rajouter aux bases sans nicotines pour cigarettes électronique » que cela va changer sur les bases. Car les bases contenants de la nicotine seront limitées à 10 ml, ce qui n’a aucun sens. Mais nous avons vu dans le même article qu’une solution était proposée avec la vente de « boosters de nicotine » à mélanger à ces bases.

Voici le tableau qui explique comment mélanger un booster de nicotine à une base sans nicotine pour obtenir le taux de nicotine que l’on souhaite :
Tpd : et si le diy était l’avenir des e liquides pour cigarettes électroniques ?

Donc si le problème des bases est en partie réglé, qu’en est-il des arômes concentrés à mélanger à ces bases ?

Et bien cette nouvelle réglementation ne concerne que les produits « contenants de la nicotine » et donc aucunement les aromes concentrés pour le DIY.

Il n’y aura donc aucune déclaration à faire pour la mise en vente d’une nouvelle recette d’arôme concentré pour fabriquer soi-même son e liquide. Aucune redevance pour le stockage et aucune analyse outre la réglementation classique.

Bien que les bases prennent un coup avec cette TPD, les aromes concentrés ne sont donc aucunement concernés.

Nous serons donc sur un marché où il sera très couteux et très compliqué de mettre en vente un e liquide tout fait. Alors qu’il sera très simple de mettre un vente un nouvel arôme concentré.

Les fabricants pourront donc se lâcher sur les nouvelles recettes d’arômes pour le DIY.

Nous aurons donc certainement moins de liquides tout fait et une grande quantité de recettes d’arômes à mélanger aux bases à découvrir.

Les vapoteurs aimant la nouveauté, peut être que le DIY gagnera donc des parts de marché.

Avec le principe du booster de nicotine, cela ne semble donc pas si morose pour l’avenir du DIY.

Alors que nous pensions le contraire, il se pourrait donc bien que cette nouvelle règlementation, plutôt que de le rendre obsolète, fasse en sorte que la fabrication de e liquide soi de plus en plus rependue.

C’est une autre vision des choses, seul l’avenir nous le dira…