La cigarette électronique « oubliée » dans les causes de la baisse des fumeurs en 2017. et pourtant…

← Retour à toutes les actus

Les chiffres ont été publiés ce lundi sur le site de santé publique France: 1 million de fumeurs quotidiens en moins en France sur 1 an entre 2016 et 2017.

Il s’agit d’une baisse historique et une excellente nouvelle pour la lutte contre le tabagisme et la santé publique.

Après un rappel des faits de l’impact du tabac sur la santé publique « Responsable de 73 000 morts par an, le tabagisme est une priorité de la politique de prévention que porte la ministre des Solidarités et de la Santé, …,  Le tabac pèse lourdement sur la santé des Français. Outre les maladies chroniques, cardiaques et pulmonaires, il est la première cause de mortalité évitable, de mortalité par cancer et de mortalité avant 65 ans, il est responsable dans notre pays de près d’un décès sur huit. »

Agnès Buzyn, ministre de la santé, se réjouit de cette baisse historique dans un communiqué de presse : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cp_tabac_28_mai_v28-12h_3_.pdf

Nous nous réjouissons également de ces chiffres, c’est vraiment une grande victoire de santé publique.

Nous sommes cependant un peu surpris de l’analyse que fait le ministre de la santé sur les raisons de cette réduction du nombre de fumeurs. Et nous n’avons pas la même analyse.

Selon Agnès Buzyn, cette réduction serait due à la hausse des prix du tabac au paquet neutre et au substitut nicotinique tels que les patchs et les gommes à mâcher.

« Le Programme national de réduction du tabagisme (PNRT) lancé en 2014 a, pour la première fois, armé la France d’un programme cohérent pour lutter contre le fléau du tabac, avec la mise en œuvre d’actions complémentaires les unes des autres et cohérentes entre elles : paquet neutre, avertissements sanitaires agrandis, droit de prescription des traitements de substitution nicotinique élargi, opération #Mois sans tabac. » 

A aucun moment dans ce communiqué Agnès buzyn ne parle de la cigarette électronique.

Nous avons l’impression en regardant ces différentes réactions aux chiffres publiés que la cigarette électronique n’existe pas pour le ministère de la santé et qu’elle n’a eu aucun impact sur la réduction du tabagisme en France.

Pourtant, lorsque l’on se promène aujourd’hui dans la rue en France, on se rend assez vite compte que ce n’est pas le cas, que la cigarette électronique existe bien. Le marché de la e cigarette (et nous en sommes directement témoins en tant que distributeurs) a littéralement explosé entre 2016 et 2017 (date de cette étude). Dans le monde de l’économie on parle d’ « ovni » pour décrire ce phénomène, pour dire que c’est une progression vraiment spectaculaire.

Le nombre de vapoteurs a donc explosé durant cette période et, sachant que la fonction même de la cigarette électronique est d’arrêter de fumer, on aurait pu imaginer que cette méthode soit une cause de la diminution du nombre de fumeurs en France.

C’est donc très étrange de ne pas en parler quand on mentionne les causes de la baisse du tabac en France...

D’ailleurs les chiffres parlent d’eux même : dans l’étude faite par santé publique France, si on fouille un peu, vers la fin on peut voir les données suivantes :  

Selon santé publique France, sur les fumeurs ayant fait une TA (tentative d’arrêt) en 2016, presque la moitié d’entre eux (47,5 %) ont déclaré avoir utilisé une aide pour arrêter.

Et parmi ces fumeurs qui ont utilisé une aide, 26,9% déclarent avoir choisi la cigarette électronique.

Ce qui en fait l’aide la plus choisie loin devant l’usage de substituts niconiques comme les patchs ou les gommes à mâcher à la nicotine qui sont à 18,3%. Viennent ensuite les consultations chez le médecin et les sites d’informations.

On peut voir la répartition des fumeurs selon les méthodes utilisées dans le tableau suivant, venant de santé publique France : 

La cigarette électronique « oubliée » dans les causes de la baisse des fumeurs en 2017. et pourtant…

Source : http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018/14-15/2018_14-15_6.html

La cigarette électronique a donc été le produit le plus utilisé par les fumeurs qui ont recherché une aide pour arrêter de fumer.

Et ceci pendant la période de l’étude qui montre qu’il y a eu 1 million de fumeur en moins…

Le marché de la cigarette électronique a complétement explosé durant cette période, l’objet le plus utilisé lors de tentative d’arrêt de la cigarette par les fumeurs a été la cigarette électronique et il y a eu 1 million de fumeurs en moins. Et pourtant la cigarette électronique n’est pas retenue comme cause de cette réduction.

Nous ne comprenons pas vraiment cette décision d’occulter complètement la e cigarette de la lutte contre le tabac. Nous nous réjouissons énormément de ces chiffres, c’est une très bonne nouvelle pour ce million de fumeurs qui sortent de cette terrible addiction. Mais nous demandons au ministère de la santé une révision réelle de sa position concernant la cigarette électronique.

La e cigarette est un outil formidable pour arrêter de fumer, elle a fait ses preuves, cela fonctionne et c’est pour cela que le marché continue de se développer à grande vitesse.

Pourtant cela ne plait pas à tout le monde, notamment à l’industrie du tabac et nous voyons régulièrement de fausses informations circuler, des « fake news » à ce sujet pour empêcher les gens d’essayer. Nous avons donc besoin pour faire face que le ministère de la santé se positionne clairement sur le sujet.  Nous avons besoin d’un message fort de notre gouvernement.

Selon le Professeur Bertrand Dautzenberg, tabacologue à la Pitié-Salpêtrière et à l'hôpital Marmottan, concernant le remplacement de la cigarette par la cigarette électronique : « Il n’y a pas l’ombre du début d’un danger,.., on est dans la situation de quelqu’un qui est dans un avion qui tombe avec un parachute sur le dos et qui ne veut pas tirer sur la corde de son parachute de peur qu’il ne fonctionne pas... »