Idée d’une étude simple pour avoir une réponse définitive à la question: est ce que la cigarette électronique est dangereuse?

← Retour à toutes les actus

Est ce que la cigarette électronique est dangereuse pour la santé? Idée d’une étude simple pour avoir une réponse définitive à la question: est ce que la cigarette électronique est dangereuse?Avec le développement du marché de la cigarette électronique, nous assistons depuis 4 ans à un véritable cirque sur les études concernant son impact sur la santé. Ce sont les montagnes russes, un jour c’est un produit formidable pour arrêter de fumer, le lendemain c’est encore plus cancérigène que la cigarette...

Tout le monde s’y perd et l’on ne sait plus quoi penser.

Ces différentes études sont en permanence remises en causes et dénoncées, il n’y a rien de sérieux dedans et nous trouvons toujours à redire.

Les études « à charge » sur la cigarette électronique sont très décriées car on ne sait jamais vraiment quel en est le protocole. Très souvent le même principe : on teste une cigarette électronique dont on ne sait absolument rien à différents voltages et on regarde la présence de gaz nocif pour la santé dans la vapeur émise.  En dessous d’un certain voltage cela fonctionne, il n’y a pas de mauvaise émission mais dès que l’on passe un certain seuil cela devient pire que la cigarette, encore plus cancérigène.

Le problème est que ce type de protocole n’a aucun sens. Cela n’a aucun sens de parler uniquement de voltage avec la cigarette électronique. La chauffe de la résistance ne dépend pas uniquement du voltage de la batterie mais d’une combinaison entre la tension, la valeur de la résistance, le type de la résistance et du matériel.

Certaines résistances supportent des tensions plus élevées que d’autre, et surtout on peut avoir la même température de chauffe en utilisant 2 résistances différentes avec 2 tensions différentes.

Une étude sur une cigarette particulière n’a d’ailleurs aucun sens car tous les modèles sont différents et les effets ne sont parfois pas les mêmes avec le même protocole.

De plus cela peut être commandité par les fabricants voulant mettre leur marque en avant ou discredité par les industries concurrentes… ce ne sont tout simplement pas des études « objectives ».

Bref, étudier le potentiel néfaste d’une cigarette électronique est très compliqué en raison des différents modèles pour faire les tests et cela n’a aucun sens de faire une étude en se basant sur un unique modèle.

Est-ce que la cigarette électronique est nocive pour la santé ?

Pour répondre simplement à cette question nous proposons donc ici une méthode simple qui sera selon nous difficilement contestable.  

L’astuce serait de ne tout simplement pas utiliser de cigarette électronique pour faire les tests. Il suffit de rechercher la présence de gaz nocifs dans la vapeur de e liquide chauffé à différentes températures sans utiliser de cigarette électronique.

Tout simplement.

Si nous n’utilisons pas de cigarette pour faire les tests tout devient plus simple : pas de litige sur le choix du matériel, pas de litige sur les possibles conflits d’intérêts, protocole beaucoup plus simple, résultats très simplement vérifiables.

Il suffit donc de faire chauffer un liquide pour cigarette électronique à différentes températures en utilisant n’importe quelle méthode de chauffe et voir si la vapeur émise contient des substances nocives. Et surtout à quelle température cela devient dangereux.

Pas besoin d’utiliser de cigarette électronique pour faire cela, on fait tout simplement chauffer un liquide quelconque et le problème est réglé.

Nous saurons déjà si un liquide est nocif à basse température, puis si ce n’est pas le cas comme nous le pensons, cela nous donnera le seuil pour lequel cela devient potentiellement dangereux.

Il suffira ensuite de limiter la puissance de chauffe des cigarettes électroniques à ce seuil…

Avec la venue du contrôle de température sur les cigarettes électroniques, cela ne devrait pas poser de problème.

Nous saurons que le liquide devient nocif si chauffé au-dessus de X degrés, et il faudra simplement faire en sorte que le liquide ne chauffe pas au-dessus de X degrés.

Une fois que l’on a ce seuil, tout sera beaucoup plus clair.

Il faudra ensuite tout de même savoir si un modèle particulier de cigarette électronique ne pourrait pas émettre, en chauffant trop, un gaz nocif différent de celui provenant du e liquide, un gaz qui ne serait pas lié à l’évaporation du e liquide. Mais cela est également très simple à vérifier car l’émission d'un gaz nocif sans lien avec le e liquide est indentifiable instantanément pas le vapoteur. C’est ce qu’on appelle un « dry hit », comme si la résistance chaufferait sans liquide, c’est très mauvais au gout, cela fait tousser… et on ne l’utilise pas car on sent que cela est très nocif.

Voilà donc simplement une proposition de protocole pour faire une étude simple qui nous paraît efficace sur l’impact de la cigarette électronique : vérifier la nocivité de vapeur de e liquide sans utiliser de cigarette électronique.

Qu’en pensez-vous ? Est ce complètement stupide?