Faut-il donner le monopole de la vente de cigarettes electroniques aux buralistes?

← Retour à toutes les actus

Depuis 1811 et Napoléon, la commercialisation du tabac en France est un monopole d’état et aujourd’hui uniquement les buralistes ont le droit de vendre des cigarettes.

Faut-il donner le monopole de la vente de cigarettes electroniques aux buralistes?

C’est un des rares pays au monde où la vente de cigarettes est un monopole pour des raisons historiques.

Aujourd’hui, l’arrivée de la cigarette électronique engendre beaucoup de questions sur sa commercialisation.

Tout d’abord savoir si la cigarette électronique est un médicament pour arrêter de fumer et donc ne donner sa commercialisation qu’uniquement aux pharmacies (vote contre du Parlement Européen). Ou si c’est un produit du tabac et ne donner sa commercialisation qu'aux bureaux de tabac.

Les buralistes réclament donc aujourd’hui le monopole de la vente de cigarettes électroniques comme celle du tabac. Nous comprenons bien pourquoi les buralistes réclament ce monopole : Les marges sont presque inexistantes sur les paquets de cigarettes en raison de lourdes taxations de l’état, la vente de cigarettes a chuté pour la première fois cette année en raison de l’apparition de la cigarette électronique et les marges sur les cigarettes électroniques sont plus conséquentes.

Les buralistes font donc face aujourd’hui à une nouvelle concurrence qui fleurit tous les jours et qui propose des produits permettant de diminuer l’achat de cigarettes traditionnelles, leur chiffre d’affaire diminue donc fortement. On parle de concurrence déloyale…

La première réponse à la question « Faut-il donner le monopole de la vente de cigarette électronique aux buralistes ? » pourrait être : Et en quel honneur !

Effectivement nous ne voyons vraiment pas pourquoi les buralistes auraient par principe le monopole…

Déjà le monopole du tabac en général est un droit qui parait bien dépassé, cela date tout de même de Napoléon et n’a plus aucune légitimité aujourd’hui, mais passons… Alors pourquoi la cigarette électronique ? Il n’y a aucune présence de tabac dans la cigarette électronique et donc aucune raison de laisser la vente aux buralistes.

Tout en étant contre, nous pouvons comprendre l’idée de la vente uniquement en pharmacie, en considérant que ce serait un médicament contre le tabagisme et que cela aurait un impact sur la santé, mais nous ne voyons aucune raison pour le monopole aux buralistes…

Ceci étant, on peut tout de même développer le sujet et expliquer également pourquoi la cigarette électronique ne doit pas devenir un monopole des buralistes outre l’aspect légitimité.

Nous allons pour cela utiliser les mêmes arguments que lors du débat pour les pharmacies : Pourquoi la cigarette électronique ne doit pas être considérée comme un médicament?  

Premièrement, la cigarette électronique est un produit de plus en plus complexe et diversifié. Il existe d’innombrables modèles et d’innombrables possibilités d’assemblage. La cigarette électronique fonctionne uniquement parce que le « vapoteur » a le choix parmi de très nombreux produits et que chacun trouve le modèle qui lui convient le mieux. Contrairement à la cigarette traditionnelle il y a donc énormément de cigarettes électroniques différentes et également un choix incroyable de liquides avec arômes et taux de nicotine différents.

Pour bien conseiller un client et commercialiser la cigarette électronique de la bonne façon, il faut donc avoir beaucoup de choix, être compétent sur chaque produit, se renseigner en permanence sur les nouveautés, prendre du temps pour expliquer tout ça au client, avoir un service après-vente solide

La cigarette électronique n’est pas du tout un produit simple et unique et nous pensons sérieusement que les buralistes n’auront pas forcément le temps pour faire tout ça…

Certains buralistes sont prêts et compétents, nous travaillons déjà avec nombre d’entre eux mais ce sont des buralistes avec en général un grand bureau de tabac, de la place, du temps… et ce sont surtout des gens qui ont arrêtés de fumer grâce à la cigarette électronique et qui ont une véritable connaissance du produit.

Nous ne pensons aucunement que les buralistes sont des incompétents mais simplement qu’ils n’auront pas le temps de conseiller le client en raison de la rapidité du traitement d’une commande aujourd’hui dans un bureau de tabac.

La vente d’une cigarette électronique prend aujourd’hui dans une boutique spécialisée environ 15 minutes alors que la vente d’un paquet de cigarette doit prendre dans les 15 secondes…

De plus les buralistes vont en grande majorité acheter leur stock de cigarettes électroniques chez le même grossiste qui propose également la presse et il n’y aura la plupart du temps qu’un seul type de cigarette électronique et pas forcément la meilleure (même s’il n’existe pas de « meilleure cigarette électronique » car cela dépend des personnes).

Donc comme pour les pharmacies, la majorité des buralistes ne pourront pas bien commercialiser la cigarette électronique.

Deuxième chose et non des moindres : Est-ce vraiment une belle idée de proposer une méthode pour arrêter de fumer dans le seul lieu où l’on peut également acheter des cigarettes ?

Rappelons que la cigarette électronique est un produit pour arrêter de fumer ou pour fumer autrement et que ce n’est pas chose facile.

Mettons-nous à la place de quelqu’un qui cherche désespérément à ne plus toucher à une cigarette mais qui doit régulièrement aller dans un bureau de tabac pour acheter son substitut avec les tentations que cela engendre… C’est un peu comme si l’on forçait un ancien alcoolique à aller acheter du jus d’orange uniquement dans un bar... Ce ne serait pas très correct…

Nous pensons donc que la cigarette électronique, en tant que produit incroyable pour arrêter de fumer, doit être commercialisée librement dans un maximum d’endroit.

Les buralistes doivent pouvoir en proposer aux « connaisseurs » pour dépanner ou pour ceux qui savent ce qu’ils veulent et qui ont besoin d’un service rapide, mais il faut surtout que des boutiques spécialisées continuent à proposer des cigarettes électroniques de qualités et donner de bons conseils aux nouveaux utilisateurs.

La cigarette électronique doit rester un produit de consommation courante pour inciter un maximum de fumeurs à arrêter la clope.

Bonne iClope à tous !