Fake news : la cigarette électronique encore plus cancérigène que la cigarette.

← Retour à toutes les actus

Depuis hier c’est la débandade : la cigarette électronique serait plus cancérigène que la cigarette classique. C’est dans tous les médias, sur tous les « sites d’informations » et cela vient d’une étude américaine publiée le 29 janvier dans le PNAS (l’académie nationale des sciences).Fake news : la cigarette électronique encore plus cancérigène que la cigarette.

La cigarette électronique plus cancérigène que la cigarette… rien que ça… C’est quand même un manque de chance extraordinaire ! On invente un produit, la cigarette électronique, pour se substituer au produit le plus nocif du monde, la cigarette, pour faire arrêter les gens de fumer, et pas de chance, ce produit de substitution est encore plus mauvais que le premier…

La cigarette électronique serait encore plus dangereuse que le produit le plus dangereux du monde…

Rappelons tout de même qu’un fumeur sur deux devrait mourir à cause de la cigarette. Que la cigarette tue un fumeur sur deux… Donc imaginez-vous la cigarette électronique, encore plus dangereuse que ça…

Ne vous inquiétez pas, ne jetez pas votre cigarette électronique, ne vous remettez pas à fumer : ce n’est pas vrai.

Ce n’est pas à proprement parler une fake news, mais plutôt une grosse désinformation. Une conclusion trop rapide sur une étude qui ne démontre rien mais qui fait le buzz car sa conclusion est dramatique.

Et avec la cigarette électronique c’est toujours la même chose, cela fait 5 ans que ça dure… A chaque fois qu’une étude sort pour dire que la cigarette électronique est un bon produit, ou qu’un reportage en sa faveur passe dans les médias, quelques semaines plus tard, une étude Américaine, ou Japonaise, sort pour expliquer toujours la même chose : la cigarette électronique est plus dangereuse que la cigarette.

Le mois dernier, la cigarette électronique avait le vent en poupe, plusieurs études montraient son innocuité, c’était un bon produit de sevrage, cela permettait de sortir du tabac sans risque, et, cerise sur le gâteau, elle n’incitait pas les jeunes au passage à la cigarette. Et donc, comme chaque fois que la cigarette électronique va bien, on part dans l’autre sens, et on envoi cette étude qui démontre l’inverse.

La raison ? Et bien d’une part le succès de la cigarette électronique ne plaît pas à tout le monde, l’industrie du tabac cherche par tous les moyens à la remettre en cause. D’autre part, de façon très simple, les médias aiment bien les actus qui font le buzz.

Et la cigarette électronique plus dangereuse que le tabac ça fait vendre, c’est le buzz assuré.

Petit aparté, Pourquoi les médias aiment faire le buzz? 

Faire le buzz c'est avoir du trafic sur son site et avoir du trafic, cela rapport des sous !

Un article qui « fait le buzz » est partagé sur les réseaux sociaux, il est commenté, les gens en parlent et cela ramène pleins de clics et donc de visiteurs sur le site. La majorité des sites internet d’information sont aujourd’hui financés par la publicité, la pub rapide à l’intérieur des articles. Des petits encarts de publicité au milieu des articles ou il est possible de cliquer pour aller sur un autre site. Et le système de rémunération de ces pubs est à l’affichage ou au nombre de clic. C’est-à-dire  que chaque fois que la publicité apparait sur l’écran d’un visiteur ou chaque fois qu’il clique dessus, le site éditeur est rémunéré. Il faut donc simplement avoir un maximum de trafic, un maximum de visiteur, pour avoir un maximum d’affichage de pub et être rémunéré. Cet affichage ou ce nombre de clic ne dépend pas de la qualité de l’article, il n’y a pas de mauvais buzz pour le moment, il faut donc publier ce qui fera le plus de buzz.

Donc une nouvelle fois, pendant quelques jours on va nous traiter d’assassins, de vendeur de mort, et il faudra des semaines pour faire dégonfler la bulle.

Car c’est toujours nettement plus simple de faire rentrer une fake news dans la tête des gens que de la faire sortir. Rappelez-vous, les gens ne lisent que les titres ! D’où mon FAKE NEWS dans le titre pour impacter.

L’étude : L’étude consistait à faire « vapoter » des souris l’équivalent de 10 ans de vapotage chez l’homme en l’espace de 12 semaines. Les chercheurs ont constaté ensuite sur les souris testées des dommages sur l’ADN, les poumons, la vessie et le cœur. Ces dommages entraineraient des cancers chez le vapoteur.

L’étude est vraie, comme d’habitude, rien à dire là dessus. Mais le problème est que cela n’a, comme d’habitude, rien à voir avec la cigarette électronique… Les chercheurs ont simplement prouvé que respirer de la nicotine dans des doses astronomique pendant 12 semaines était très dangereux. Mais cela nous le savions et c’est pour cela qu’il y a un logo « tête de mort » sur les produits contenant de la nicotine.

Le problème est que ce protocole n’est pas du tout équivalent à la façon dont un vapoteur va utiliser une cigarette électronique. Personne ne va consommer l’équivalent de 10 ans de nicotine en 12 semaines. De plus les souris n’ont pas du tout les mêmes proportions que l’homme, et leur faire absorber 10 ans de vapotage équivalent homme n’a pas de sens. Une souris mesure 10 cm alors qu’un homme 1,75 m en moyenne.

Cela rappelle une étude sortie en 2015 avec les mêmes conclusions. Des chercheurs avaient étudié la vapeur produite par une cigarette électronique qui chauffait trop, presque sans liquide et avaient trouvé des produits cancérigènes. Toujours le même problème : dans le monde réel, personne ne vapoterait de cette façon, car sans e liquide cela sent le cramé et c’est très mauvais.

C’est un peu comme faire cuire à steak à 2 000 degrés sur une poêle. Puis étudier le steak complétement carbonisé pour voir s’il y a des produits cancérigène dedans. Effectivement il y en aura, mais personne ne va manger ce steak…

Donc les résultats de cette étude sont vrais, mais cela ne sert à rien.

Et comme toujours c’est bien ce qui est confirmé dans les articles des médias si l’on ne lit pas que le titre racoleur. Quand on lit les articles au complet on se rend bien compte que c’est un peu mitigé et tous conseillent tout de même d’utiliser une cigarette électronique plutôt qu’une cigarette. Soit totalement l’inverse de ce qui est indiqué dans le titre.

La polémique va suivre son cours, comme d’habitude cela va retomber, l’ensemble de la communauté des scientifiques va s’insurger contre cette étude et démontrer le contraire. Cela a déjà d'ailleurs commencé en France, ou le Pr Bertand Dautzenberg, pneumologue ou encore Jacques Le Houezec, pharmacologue et tabacologue, se sont exprimé de façon assez néfaste vis à vis de cette "étude". Puis il y aura encore de nombreuses études montrant que la cigarette électronique est un outil formidable pour arrêter de fumer…

Mais il y aura toujours une tante, un ami, une cousine pour dire : qu’est-ce que te fait de vendre un produit cancérigène ? Tu n’as pas honte ? Tout cela pour faire de l’argent…

Car les gens ne lisent pas les articles, uniquement les titres…

Et en attendant, de nombreux vapoteurs ou fumeurs qui pouvaient être intéressés, vont abandonner et se remettre à la cigarette. Car vous imaginez ! La cigarette électronique c’est dangereux ! Je préfère fumer ! Au moins il n’y a qu’un fumeur sur deux qui va mourir de la cigarette, et on sait ce qu’il y a dedans !